Introduction au Chapelet FIAT

Le cardinal Suenens présente le chapelet FIAT

Introduction

Le chapelet FIAT a été reçu par Veronica O’Brien comme un moyen simple et efficace pour prier en groupe dans ces cellules Cénacle et dans les familles.
Toute l’importance du chapelet FIAT consiste en son invitation à contempler avec Marie la vie de Jésus.
Reconnaissant l’intuition de Veronica comme authentique, le cardinal Suenens a écrit une prière d’introduction au chapelet qui en dévoile tout le sens.

Pourquoi donner tant d’importance dans notre vie de prière au chapelet qui semble être plutôt un acte de dévotion particulière, centré sur Marie? La réponse est que le chapelet ne s’adresse pas à Marie, mais à l’Esprit Saint et nous invite à suivre avec Marie les traces du Christ.
Saint Louis-Marie de Montfort dit : “Quand le Saint-Esprit a trouvé Marie, son épouse, dans une âme, il y vole, il y entre pleinement, il se communique à cette âme abondamment, et autant qu’elle donne place à son Epoux(Le secret de Marie, n. 31).

 

La médaille FIAT

Ce “vol de l’Esprit” est représenté par la médaille FIAT.
Marie est représentée par le diamant. L’autre face de la médaille nous fait entrer dans la vie trinitaire, représentée par les trois cercles entrelacés et les lettres P(ère), F(ils) et E(sprit). Etre chrétien, c’est entrer dans la vie intime même de Dieu. D’après la lettre aux Hébreux, Jésus dit en entrant dans le monde: “Tu m’as donné un corps, et je dis: Je viens pour faire ta volonté”. C’est le premier ‘fiat’, qui révèle l’union intime de Jésus, qui se dit dans l’Évangile de saint Jean, être “l’envoyé du Père”. Jésus est le fils incarné, le premier à faire pleinement la volonté du Père. Le ‘fiat’ de Marie fait écho à ce FIAT originaire du Fils: elle veut être, dans son corps virginal, celle qui porte le Sauveur du monde, l’Emmanuel. La prophétie de l’Emmanuel (Is. 7, 14) a façonné d’une manière décisive l’interprétation du mystère de l’incarnation de Jésus. Elle est l’Alma, la Vierge (dans la traduction des Septante) qui porte au monde les promesses de Dieu. Il est l’Emmanuel, la réalisation définitive de Dieu qui a habité parmi nous.

Comme les Pères de l’Église  l’ont exprimé, Marie a d’abord enfanté Jésus par sa foi avant de le recevoir dans son corps. Elle est vraiment celle qui fait la volonté du Père, et pour cette raison elle est vraiment la Mère de Jésus. Elle est heureuse parce qu’elle a cru. La présence de Marie dans la vie publique de Jésus est plutôt discrète. Elle dit: “Faites tout ce qu’Il vous dira”. Elle est la première croyante, faisant la volonté du Père. Même si cela implique qu’un glaive a percé son cœur. Elle était présente à la croix; et aussi à la descente de l’Esprit à la Pentecôte. Cette présence est figurée sur la médaille FIAT par “M” sous la croix et par sa présence au milieu des apôtres (figurés par des astres) et de l’Église  naissante. Marie est vraiment la Mère de Jésus et de toute l’Église. C’est pourquoi entrer dans son mystère est en même temps entrer dans le mystère de l’Église.

 

Spiritualité

Nous aussi, nous sommes introduits au mystère de l’Église  par les sacrements de l’initiation chrétienne. Pour cette raison la prière FIAT nous rappelle notre baptême, l’eucharistie et la confirmation (notre Pentecôte). Par ces sacrements nous sommes devenus des enfants adoptifs, et “fils et filles dans le Fils” (Filii in Filio, Père Mersch). Cette naissance ne pourrait pas se faire sans notre sentiment priant, dont la Vierge reste à tout jamais la “figure” (Urbild). En recevant dans la foi la filiation divine, nous aussi, nous sommes engendrés “ni par vouloir de chair ni par vouloir d’homme mais de Dieu” (Jean 1, 13). La Vierge Marie est vraiment notre Mère, puisque nous sommes les membres vivants du Corps de Jésus, tel qu’il vit aujourd’hui dans l’.

Le baptême est vraiment cette nouvelle naissance: par lui nous passons “de la vie à la Vie”. Le baptême est le début de la vie éternelle que nous avons dans le Christ.
L’eucharistie nous fait vivre en tant que membres du Corps de Jésus. “Vous êtes le Corps du Christ”, disait saint Augustin, en distribuant la communion.

Par l’Esprit Saint reçu au baptême et lors de notre confirmation, nous entrons pleinement dans la vie de l’Église. Que de travail en profondeur avant que tout cela soit vécu dans le concret de la vie ! La récitation fidèle du chapelet, avec sa belle prière d’introduction, peut y aider.
Prier pour toutes nos intentions a depuis toujours été une partie intégrante de la prière de l’Église. Nous nous adressons avec confiance à celle qui est “ma Mère et ma confiance”.
Nos intentions doivent être incorporées dans la demande du Notre Père : “Que ta volonté soit faite” : cette prière fait écho au ‘fiat’ de Jésus et de Marie.

Un jeune de Togo prie le chapelet FIAT.

Le chapelet FIAT est avant tout un effort pour entrer sous l’inspiration de l’Esprit Saint, avec Marie, dans les mystères de la vie de Jésus. Ce christocentrisme du chapelet se reconnaît dans la pratique de parcourir dans le même chapelet, l’entièreté de la vie de Jésus. En cela réside aussi l’originalité du chapelet FIAT. Dans la récitation du chapelet traditionnel, et qui reste valable et qui peut très bien être introduit par la prière FIAT, l’accent sur les mystères de la vie de Jésus risque de se perdre de vue, parce que tous les mystères ne sauraient pas être commémorés le même jour vu le nombre des “Je vous salue, Marie”. C’est pourquoi on a retenu, en méditant chaque mystère, trois “Je vous salue, Marie”, clôturé par “Joie et gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit”. Le nombre de mystères a aussi quelque peu été réduit, ce qui implique toujours un choix. On a voulu cependant introduire dans le chapelet FIAT les mystères lumineux de la vie de Jésus, en suivant l’intuition du Pape Jean Paul II. Il est important de voir le chapelet FIAT tout à fait en union avec l’Église priante.

A la fin du chapelet, nous invoquons saint Joseph, protecteur de la sainte Famille. Il est aussi le protecteur de l’Église. Le cardinal Suenens aimait beaucoup répéter surtout dans un contexte œcuménique, les paroles de l’ange à Joseph : “Joseph, fils de David, ne crains point de prendre chez toi Marie, ton épouse ; car ce qui a été engendré en elle vient de l’Esprit Saint” (Mt. 1,20).

Saint Michel Archange ne peut être absent dans ce chapelet. La prière commune est notre meilleure protection dans le combat de la foi. Comme le chapelet FIAT veut nous introduire pleinement dans le mystère de l’Église, nous demandons, nous aussi, d’être membres de cette nuée de témoins de tous les anges et tous les saints. La prière finale exprime dans d’autres mots l’intuition de base du chapelet : dire ‘oui’ avec Marie et ‘merci’ à l’initiative de l’Esprit.