En famille


La famille est la cellule de base de la société, ainsi que de l’Eglise.


La famille, espérance pour le monde


Si nous pouvions redécouvrir la réalité de Dieu comme créateur et source de tout amour, si nous pouvions retrouver le Dieu trinitaire comme modèle de toute relation, si l’on pouvait chercher à sa lumière la gestion d’une société, … on pourrait redonner espoir à tous.

Car Dieu est toujours là et Il nous aime. Mais Il ne s’impose pas, Il se fait même dépendant de notre libre réponse à son Amour. Par le Christ, Il s’est fait mendiant d’amour. Pour Lui, liberté et amour vont ensemble. Il s’est offert sur la Croix pour libérer en nous l’Amour.

Le secret pour accueillir Dieu et pour vivre dans sa proximité, nous le trouvons auprès de la sainte Famille et tant de saints qui nous en ont montré l’exemple. C’est dans une attitude intérieure de foi, d’humilité et de pauvreté de cœur que l’Esprit du Seigneur peut faire germer en nous la semence du véritable Amour.

Le couple


Se savoir, par Dieu, donné l’un à l’autre

Dans la relation entre un homme et une femme, quand elle est vécue dans la croissance normale, il y a cet aspect étonnant d’une force d’Amour qui les “attire” l’un vers l’autre au-delà de la seule attirance physique ou désir sexuel. Puis, sans encore bien se connaître, ils se font progressivement pleinement confiance, jusqu’à ce qu’ils s’accueillent l’un l’autre pour la vie et, comme il est écrit au livre de la Genèse, ne fassent plus qu’un.

Si l’on peut comprendre que « s’accueillir » et « se recevoir » c’est être don de Dieu l’un pour l’autre, tout change dans une relation. Du coup, on ne doit plus marcher sur la pointe des pieds pour « mériter » l’autre. Au contraire, venant de Dieu on ne finit pas de découvrir la richesse de l’autre. Ce don de Dieu constitue le sacrement du mariage, signe et image de l’Amour du Christ pour son épouse l’Église.

Certains découvrent cette grâce lors des fiançailles, d’autres après bien d’années de mariage… Mais cette découverte donne de l’oxygène au couple, à la famille et à toute la communauté qui l’entoure.

Devenir frère et sœur dans le Christ

Si l’on a pu découvrir la beauté et la grandeur de l’Amour, reste à vivre encore le mariage jour après jour. Certes, c’est un chemin à parcourir, et pas nécessairement facile. Le cardinal Suenens dans un de ses livres nous offre une approche libératrice. Il y écrit comment il est important pour le couple, avant même de s’approcher comme homme et femme, de se considérer comme frère et sœur dans le Christ.

C’est en effet la vie du Christ Lui-même que nous recevons au baptême qui fait de nous les enfants d’un même Père des cieux et donc frères et sœurs. Cette réalité précède celle du mariage chrétien, et elle est essentielle pour la vie même du couple.

Et voilà que du coup l’Évangile vient tout éclairer. Il nous ouvre à la fois un programme de vie et un chemin dans la vérité qui ne trompe pas. C’est alors que nous pouvons comprendre que le sacrement du mariage ouvre la voie du don de toute notre vie à Dieu et nous aide à vivre le mariage comme un appel commun à la sainteté.

Prière et pardon au cœur du couple

Le secret du pardon, si nécessaire en couple et parfois si difficile, est la prière du couple. La prière du couple est à distinguer de la prière en famille avec les enfants. Consacrer quelques minutes chaque jour à la prière du couple, c’est vivre chaque fois un moment de grâce où l’amour et la vérité se rencontrent.

La prière est essentielle à la famille. Sans la prière le pardon s’estompe au point de pouvoir rendre les époux étrangers l’un à l’autre. Or, dans le couple, dans la famille, il y a toujours à pardonner ; chaque fois que l’on n’a pas créé de l’espace pour l’autre, que l’on n’a pas aidé l’autre à s’épanouir, que la fatigue et le stress nous envahissent, que l’on s’est plus préoccupé de soi-même que de l’autre. C’est donc sans prix si jour après jour, avant d’aller dormir par exemple, les époux se donnent un petit signe de croix sur le front comme signe d’amour et de pardon, car ils s’associent ainsi à la force du pardon du Christ. C’est à ces moments là que le couple se construit véritablement.

Les enfants


Viennent alors les enfants comme fruits de l’amour des époux, pour qu’à leur tour ils découvrent la merveille de l’amour chrétien. C’est le sens de l’éducation chrétienne. C’est le même amour des époux, qui les engagera peut-être, si les circonstances s’y prêtent, à adopter un enfant, fut-il handicapé …

L’éducation chrétienne

En premier lieu l’éducation chrétienne des enfants est importante tout simplement par amour pour eux.
C’est en leur offrant une éducation chrétienne que nous leur offrons le maximum de chances de vivre cet amour authentique dans le monde auquel ils seront confrontés. Ce n’est que comme chrétiens qu’ils pourront trouver, malgré tout, une joie que nul ne pourra leur enlever. Le premier enjeu de l’éducation chrétienne est de leur donner cet épanouissement.

La deuxième raison y est liée. Si les jeunes grandissent dans la charité chrétienne, le dépouillement, la prière, nous leur offrons une base pour être, une fois adultes, des chrétiens responsables dans la cité, que cela soit comme mère de famille ou médecin, comme chef d’entreprise ou ouvrier, comme ingénieur ou assistant social, etc.

La famille chrétienne nous donne cette double espérance et ce double bonheur. L’éducation chrétienne des enfants qui vise cet épanouissement et ce sens de la responsabilité est importante si nous voulons correspondre à l’Évangile et être le sel de la terre.

Mais la famille chrétienne est très importante encore pour une troisième raison. Bien que Dieu appelle qui Il veut, c’est dans une ambiance chrétienne de la famille que la vocation au sacerdoce ou à la vie consacrée est le plus facilement éveillée. Or qu’il y ait des prêtres et des hommes et des femmes entièrement consacrés à Dieu est vital pour la sanctification du peuple de Dieu.