Rembrandt

Rembrandt,



Pourquoi peins-tu ce père,
Aux bras tendus, vers le fils ?
D’une main, forte et sûre, il le soutient,
De l’autre, fine et douce, il l’accueille.

Rembrandt,
pourquoi, peins-tu
Ce fils ingrat, insolemment prostré.
Aux pieds de père ?
A-t-il oublié le tourment
Inconsciemment infligé, au paternel ?

Ah ! Les plaisirs,

auxquels on accorde la première place !

Le jeune repenti est là,
Épuisé, sans orgueil, demandant,
Ne fût-ce que les miettes,
De la paternelle table.

Le père accueille le ʺfils prodigueʺ :
Vite, vite…habits et ors,
Pour celui qui revient de si loin.
Oublions l’ancienne peine,
Il est là, c’est cela, qu’importe.

Rembrandt, je t’écoute.
Que veux-tu dire ?
Dieu, Abba, Père,
Se tient-il, lui aussi, en cette aimante posture ?
Et, il souhaite que ses enfants,
Egarés de par le monde,
Reviennent à Lui,
Sans appréhension aucune ?

Oh oui, chacun de nous est ʺfils prodigueʺ !
Dieu, Abba, Père,

Tu nous attends avec une infinie indulgence,
Tu nous attends, avec une délicate tendresse…
Alors, pas d’incertitudes.
Pardonnés, relevés, courons à perdre haleine,
Vers ses bras,

qui nous invitent au bonheur du Ciel,

Ah ! Merveilleuse filiation divine…
Combien il est doux, de s’unir à l’amour du Père.

Hâtons-nous, le festin commence,
Dieu, Abba, Père, il nous espère,
Partageons sa joie, ne le laissons pas languir.
La véritable libération, nous fait face,
Merveilleuse espérance du ʺJour nouveauʺ.

Amen !

© Bonne Nouvelle, N° 249, 2020, p. 14.
www.maranatha.be

L'Esprit Saint Tome III Tome III

Les Documents de Malines

N° 3:   Renouveau dans l’Esprit et service de l’homme (en collaboration avec Dom Helder Camara) (1979)

N° 4:   Renouveau et Puissances des Ténèbres (1982)

N° 6:   Le Repos dans l’Esprit (1986)