Quand ta vie devient un tourbillon …



Chers amis de FIAT,

Chacun de nous en fait l’expérience, que ce soit personnellement, au sein du foyer ou parmi les amis, tu es trop sollicité! Tu ressens qu’il t’est impossible de garder la sérénité de cœur, d’être calme, de savourer une petite excursion, ou de te réjouir d’une rencontre, d’un film, etc. En même temps il est clair que tu ne peux continuer sur cette voie; la pression que tu t’imposes ou que d’autres t’imposent te fait constamment galoper …

Les conséquences de ces galopades, de ces courses contre la montre ne se font pas attendre et sont souvent assez importantes.
Suivant le père Anselm Grün «Sortir de cette situation demande du temps et des efforts» (Bénédictin/psychiatre abbaye Münstserschwarzach en Allemagne). Il poursuit: «Malgré cette incapacité à trouver le calme, l’homme d’aujourd’hui aspire à « décrocher » ». … «Pourtant, ce calme ne peut provenir de techniques car il est le résultat d’un chemin spirituel».

 

Les causes actuelles de « l’intranquillité »

Il y a tant de causes: le climat socio-économique, des causes psychiques. Parfois l’intranquillité intérieure et extérieure trouve son origine dans notre propre histoire qui a connu des expériences traumatisantes. Il y a également l’intranquillité maladive qui elle ne peut être traitée que par le médecin ou le psychiatre.

Le père Anselm Grün, l’auteur du livre Invitation à la sérénité du cœur  (Albin Micel, Paris, 2002, ISBN 2-226—13162-0) approfondit davantage les différents aspects de « l’intranquillité »:

– L’activisme est l’expression d’une absence de but et d’orientation;

– On gémit sur les exigences imposées de l’extérieur, mais en fait on se soumet soi-même à cette pression;

– Il semblerait qu’aujourd’hui nous n’ayons plus la patience de regarder les choses grandir;

– En ce qui concerne l’éducation des enfants, nous ne leur laissons pas le temps de traverser les crises;

– En politique, c’est le court terme qui domine. Chaque jour de nouvelles solutions succèdent aux précédents.

 

Chemins qui mènent à la sérénité

Dans son livre, le père Anselme nous offre dans un langage très accessible quelques chemins pour retrouver cette « sérénité du cœur » (partie II). Il y cite « l’expression de saint Augustin selon laquelle le cœur ne trouve le repos qu’en Dieu n’est pas une parole pieuse mais correspond au vécu le plus profond ». (cf. p. 164).

Pour terminer je vous propose quelques passages de la deuxième partie de son livre:

« Le thème de l’anxiété était déjà présent dans la Bible; C’est pourquoi j’aimerais, dans un premier temps aborder les chemins bibliques qui conduisent à la sérénité. Le marcheur infatigable, le scélérat qui ne trouve pas la paix, celui qui erre sans repos constituent des images bibliques qui restent pertinentes aujourd’hui. La promesse biblique selon laquelle Dieu lui-même procurera à l’homme le repos n’est pas un vain mot… «  (cf. p. 43).

L’auteur se limite à deux citations bibliques:
l’exhortation de Jésus à trouver la paix auprès de lui
et la description du sabbat dans la lettre aux Hébreux.
« La lettre aux Hébreux s’exprime en termes spatiaux plutôt que temporels. Par la foi  nous dépassons ce monde et nous prenons part, déjà, à ce lieu du repos céleste. La foi nous élève et nous détache du monde. Elle nous libère de l’anxiété et nous conduit à la paix de l’au-delà. … un lieu céleste préparé pour nous et que nous habitons dès à présent si nous sommes déterminés dans la foi. … Notre cœur empli de foi se trouve en ce lieu qu’habite le Christ.. »  (cf. p; 79-80).

 

Pour l’équipe de rédaction
Roger