Baptisés et envoyés



« De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie », dit Jésus à ses disciples (Jn 20,21), auxquels nous appartenons en vertu de notre baptême. Chaque baptisé est un « disciple missionnaire » (Pape François, Evangelii gaudium, § 120).

« Je vous envoie… en mission », nous dit Jésus. Octobre est le Mois missionnaire. Chaque année, ce Mois nous fournit l’occasion de réfléchir à notre mission, qui est l’essence même de notre baptême. En effet, chaque baptisé est une mission, quels que soit sa vocation spécifique, son âge, son état de santé. « Chacun d’entre nous est une mission », écrit le Pape François dans son message pour ce Mois missionnaire. « Baptisés et envoyés » est d’ailleurs le thème de ce Mois missionnaire extraordinaire. « Extraordinaire », parce que l’Église célèbre le centenaire du premier écrit papal dans lequel est souligné l’importance de la mission.

 

1.    Témoigner de l’amour paternel de Dieu pour chaque être humain

Mais en quoi consiste notre mission ? Tout être humain est appelé à devenir ce que chacun d’entre nous est devenu par son baptême, à savoir un enfant de Dieu. Dieu aime chaque être humain et désire qu’il le reconnaisse en toute liberté pour père. Ainsi, il trouvera le vrai bonheur, le bonheur d’être un enfant de Dieu ! Rappelez-vous la parabole du fils prodigue ou du père miséricordieux (cf. Lc 15,11-32). Témoigner de cet amour paternel de Dieu pour chaque être humain, voilà notre mission ! C’est également la mission de Jésus et celle de l’Église.

Accomplir cette mission n’est pas facile dans notre monde. Dans son message le Pape François dénonce « la sécularisation déferlante », qu’il définit comme « un refus de la paternité active de Dieu dans notre histoire », un refus « qui empêche toute fraternité universelle authentique » entre les hommes et les peuples. « Sans le Dieu de Jésus Christ, toute différence (entre hommes) se réduit à une menace infernale », écrit le Pape.

 

2.    Marie comme mère

Depuis notre baptême, nous sommes des enfants de Dieu, il est notre Père. En même temps, nous sommes des enfants de l’Église, elle est notre mère. Dieu nous a adopté comme ses enfants et en même temps l’Église nous a accueilli dans son sein.

Le Pape François aime parler de « notre sainte mère l’Église ». C’est une image belle et parlante, qui nous fait spontanément penser à Marie, que nous appelons « notre mère ». La sainte Église est justement notre mère, parce qu’elle prolonge la maternité de Marie. Dans l’ordre de la grâce, nous n’avons qu’une mère: Marie !

« A Marie notre mère », écrit le Pape dans son message, « nous confions la mission de l’Église. Unie à son Fils, depuis l’Incarnation, la Vierge s’est laissée totalement impliquer dans la mission de Jésus, mission qui est devenue au pied de la croix sa propre mission : collaborer comme Mère de l’Église à engendrer dans l’Esprit et dans la foi de nouveaux fils et filles de Dieu ». Le Pape fait ici référence à la maternité spirituelle de Marie. Saisis par l’amour de Dieu, dont Jésus est l’incarnation, des hommes et des femmes se convertissent « dans l’Esprit et dans la foi ». Ils se font baptiser, et deviennent ainsi des enfants de Dieu. Eh bien, Marie collabore à ce parcours par sa proximité maternelle, dont nous pouvons faire l’expérience !

 

3.    In Ea

Par notre baptême, nous avons été accueillis de façon sacramentelle dans le sein de l’Église, mais également de façon mystique dans le sein de Marie. C’est là, dans le sein de notre mère, que nous recevons l’Esprit Saint, qui nous rappelle constamment notre mission : témoigner comme Jésus de l’amour paternel de Dieu pour chaque être humain.

Feu le roi Baudouin avait l’habitude de terminer les lettres qu’il écrivait à ses familiers avec la courte formule latine : in Ea, c’est-à-dire : en elle, dans le sein de Marie. Uni avec Marie, tout accueil à l’Esprit Saint, il voulait comme Jésus témoigner de l’amour paternel de Dieu pour chaque être humain. Suivons l’exemple de ce saint roi !

Le mois d’octobre est le mois du rosaire. Chacun d’entre nous aime Marie et exprime cet amour, notamment en priant le chapelet FIAT. Que la prière quotidienne de ce chapelet « missionnaire » fasse grandir en nous l’amour pour le Père et pour chaque être humain : le Père qui a choisi Marie pour devenir la mère de Jésus, le Père dont le seul désir est que chaque être humain découvre son amour et y réponde !

 

P. Frédéric Testaert,

Abbé de l’abbaye de Postel

 

AGIR SA PRIÈRE
La prière FIAT et le chapelet FIAT

« Très Saint-Esprit, aide-nous à revivre, en union avec Marie, les mystères joyeux, lumineux, douloureux et glorieux de Jésus. »

Livret + chapelet FIAT

Pour toute commande, cliquez ici.