Marie joue au foot…



Chers amis de FIAT,

 

Le tatou d’un chapelet sur le bras, un signe de la croix en sortant du vestiaire, ou tombant à genoux les bras levés vers le ciel après un but bien réussi … tant d’images d’un beau match de foot qui aujourd’hui ne sont plus du tout exceptionnelles. A première vue nous pourrions dire que la combinaison de la religion et du sport est un peu étrange. En même temps l’expression corporelle de certains joueurs atteste que ce lien entre religion et sport est bien réel aujourd’hui. Certains joueurs n’ont plus peur d’exprimer publiquement leur foi.

Durant plusieurs matches de foot du club KRC Genk, le défenseur central Sebastien Dewaest, a été « repéré » à plusieurs reprises tenant un livre spécial en main: la Bible! Voici ce qu’il en dit: “Lors de mon voyage vers Jérusalem, j’étais tellement touché en voyant cette ville sainte et le saint sépulcre, qu’à mon retour j’ai immédiatement acheté une Bible!”. Aujourd’hui, il semble bien plus évident qu’autrefois que des joueurs s’expriment sans hésitation sur leur foi et sont ainsi de véritables témoins pour le public.

 

Une invitation de l’évangile

Les terrains de foot et de sport reflètent la diversité de notre société: des jeunes et des moins jeunes, des pauvres et des riches, des croyants et des non-croyants. Tous sont réunis pour savourer un beau jeu d’équipe.
Le Pape François, grand amateur de foot, disait: « c’est un lieu de rencontre où des hommes et de femmes provenant de divers pays et religions peuvent se retrouver”. Chaque visiteur est invité à surpasser ces différences et en tant que chrétiens nous ne pouvons pas rester sourds à cette invitation de l’évangile, invitation à la fraternité.

La fraternité (camaraderie), la beauté et l’altruisme forment le cœur de ce sport, dixit le pape François. .

“Ces caractéristiques font que nous sommes des amateurs du sport (…) la beauté, la camaraderie et l’altruisme, sinon il manque quelque chose au match, même si vous gagnez« . (message à la délégation des joueurs de foot Italiens en Argentine, le 13 août 2013).

 

Une responsabilité sociale

Le football ainsi que le sport en général, portent en eux la possibilité de dépasser l’amateurisme et sont au-delà de l’enseignement et de  l’emploi une chance extraordinaire de progrès. Pour ceux et celles dont le vie n’offre pas tellement de chances, le sport peut cultiver l’espérance.

Et Romelu Lukaku de témoigner: “Je suis croyant … Si on fait le bien pour les autres, on reçoit du bien en retour ».
”Après un match je remercie Dieu pour ce qu’Il a fait pour moi et pour l’équipe« .

Dans les médias il évoque souvent le Père. La foi, il l’a héritée de sa mère. Lukaku puise sa force dans la lecture de la Bible. Il la prend toujours avec lui. « Je lis surtout les psaumes, avoue-t-il. J’en retiens qu’il faut rester fidèle à Dieu et j’y puise aussi beaucoup de force. Quand je pars et que j’oublie ma Bible, je me sens mal! »

Il est clair, cet homme n’a pas seulement du talent pour le foot.

Certes, l’exemple, le témoignage de foi, la persévérance et l’altruisme de tant de sportifs peuvent nous inspirer pour que jour après jour nous essayions de vivre en chrétiens, cette mission inhérente à notre Baptême. Ainsi nous pouvons venir en aide à nos frères et sœurs qui souffrent. “Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. (cf.  Mt 25, 40).

Pour l’équipe de rédaction,
Maarten